Wimbledon, quand le sport rencontre la mode

Publié par le 20 juillet 2011

L’été, les tournois de tennis se succèdent l’un après l’autre. Un de ces populaires tournois est celui de Wimbledon, à Londres, en Angleterre. Presque autant mode que sport, Wimbledon nous offre chaque année l’opportunité de voir des tenues blanches, des officiels toujours très chics et la famille royale sur son 31.

Notre chroniqueuse Virginie Landry est allée faire un tour au musée du tennis de Wimbledon, où la mode est très présente. Cliquez ici pour écouter sa chronique. (À partir de 17 minutes)

L’histoire
Une partie de l’exposition porte sur la mode, son évolution, ses grands designers, ce que les joueurs, mais surtout joueuses, ont porté, et beaucoup plus. On y retrouve des souliers, robes, chapeaux et accessoires divers.

La robe longue était de mise au début du tournoi de Wimbledon, dans les années 1880. C’est d’ailleurs dans ces années que le port du blanc s’est imposé dans le code vestimentaire, pour la simple et bonne raison que le blanc masquait la sueur. Une joueuse américaine s’est plaint, en 1905, que les manches de sa robe l’encombraient et qu’elles étaient trop chaudes. Elle les a donc roulées, mais fut une des seules. À noter que certaines jouaient avec un corset!

À la fin des années 1920, début 1930, les femmes ont commencé à raccourcir leur jupe, retirer les manches longues et y aller avec un peu plus d’audace dans le style des robes. Les femmes sont aussi libérées du corset dans ces années-là. Fin des années 1930, les femmes commencent à porter des shorts, et donc à avoir un style plus masculin.

C’est dans les années 1980 et 1990 que les tissus plus sport et beaucoup plus légers sont apparus. Et, bien évidemment, dans les années 2000, les couleurs flamboyantes, les jupes et shorts très courts et les designs plus funk font leur apparition, comme vu sur Maria Sharapova.

Les marques
René Lacoste est celui qui a lancé le polo, cet article iconique porté par tous les joueurs de tennis. Joueur de tennis lui-même, il voulait pouvoir porter quelque chose qui resterait dans son short, même avec tous ces mouvements. Il a inventé le polo, plus long à l’arrière qu’à l’avant, en 1926. Le petit logo du crocodile de Lacoste proviendrait de son surnom, «Le crocodile», qui lui fut donné lorsqu’il avait dit qu’il s’achèterait une valise en peau de crocodile s’il gagnait son match, dans les années 1920. Bref, encore aujourd’hui, plusieurs athlètes sont commandités par Lacoste, dont Richard Gasquet.


D’autres designers sont maintenant significativement associés au monde du tennis, mais surtout de Wimbledon, dont Fred Perry et Ralph Lauren. Avec Lacoste, ce sont probablement les plus connus grâce à leur longue association avec le monde du sport. Fred Perry était à la base un joueur de tennis, champion du monde en 1929 et plusieurs fois champion à Wimbledon, mais tellement mieux connu pour son implication dans l’industrie du textile. En 1940, il lance sa ligne de vêtements à son nom, et inventa, par le fait-même, le poignet éponge! Devenant extrêmement populaire en Angleterre auprès des Mods (Modernistes, ceux qui ont aussi popularisé le port du Union Jack), il se fait rapidement une réputation mondiale. Étant seulement blanc au départ, les jeunes londoniens ont réclamé que le populaire polo se décline dans toutes les couleurs. Andy Murray porte encore fièrement du Fred Perry.


Depuis 2006, Ralph Lauren est le commanditaire officiel des habits de Wimbledon et fait de superbes polos et autres vêtements dans les couleurs du tournoi: mauve, vert, bleu marine et blanc. Il a été le premier à créé tout spécialement des uniformes pour le tournoi anglais.


Il y a eu bien des réussites mode, mais aussi des «fashion faux pas» à Wimbledon. Cette année, la joueuse de tennis américaine Bethanie Mattek-Sands, qui se considère comme la Lady Gaga du monde du tennis, s’est présentée avec des créations assez audacieuses, faites de balles de tennis.

Kate Middleton, quant à elle, s’est présentée vêtue selon l’ancien code vestimentaire qui exige du blanc. Elle portait une robe Temperley London et elle a plus réjouie les critiques que la joueuse américaine!

3 commentaires

  1. [...] particulière qui influence la mode au quotidien. Nous vous avons déjà parlé du cas du tennis, notre chroniqueuse Virginie Landry aborde maintenant la garde-robe de la [...]

  2. [...] l’attention médiatique internationale, du 27 juillet au 12 août prochain. Comme plusieurs autres événements sportifs, les Olympiques ont une importante composante [...]

  3. [...] Lacoste (1904 – 1996) était un joueur de tennis parisien. Alors qu’il est à l’apogée de sa carrière, il conçoit ses premiers [...]

Laisser un commentaire

Looking for something?

Follow us on: