Monsieur Hubert de Givenchy

Publié par le 25 mars 2012

Le film « Monsieur Hubert de Givenchy », du réalisateur Karim Zeriahen, a été présenté à Montréal dans le cadre du Festival International des Films sur l’Art.


Texte: Marie-Ève Rochon

Le film débute sur un point fort esthétique, de beaux plans rapprochés montrant des accessoires de couture. Le vidéaste a choisi d’illustrer la trame biographique d’Hubert de Givenchy avec un fil, des aiguilles et des rubans sur tissu, une belle allégorie sur le fil d’une vie dédiée à la couture.

Âgé de 84 ans, Hubert de Givenchy est le dernier designer encore vivant à avoir façonné l’âge d’or de la Haute couture. Le créateur est d’ailleurs fortement nostalgique de cette époque où, dit-il,  les mannequins avaient plus de caractère, les couturiers appliquaient la vraie façon de faire des robes, les femmes dégageaient une véritable élégance. Mélancolique, le designer décrète que tout cela a aujourd’hui disparu.

Cette époque, Givenchy l’a partagée avec les Cristobal Balenciaga et Christian Dior de ce monde. Humble à l’extrême, Givenchy passe d’ailleurs une bonne partie du documentaire à parler non pas de lui, mais de Balenciaga, qu’il admirait énormément. Le vidéaste n’a pas su ou pas voulu éloigner le protagoniste de ce témoignage, et le film en devient complètement anecdotique. C’est décevant puisqu’on passe trop vite ou carrément à côté de plusieurs éléments marquants de la carrière du designer: son travail pour Elsa Schiaparelli, sa collaboration longue de 40 ans avec Audrey Hepburn, son travail pour l’industrie du cinéma, ses liens avec Jackie O.

Au final, le film pose un regard trop bref sur la vie et la carrière de cet important créateur. Le réalisateur ne réussit pas à mettre en perspective les accomplissements de Givenchy et à en dégager la valeur dans le cadre plus large de l’histoire de la mode. Le film aurait grandement gagné en pertinence si des spécialistes (journalistes, historiens, conservateurs de mode) étaient intervenus pour mettre en perspective le témoignage du designer. Plutôt qu’un documentaire, on a droit à une entrevue prolongée avec Monsieur Hubert de Givenchy.

4 commentaires

  1. [...] à la suite du documentaire Monsieur Hubert de Givenchy, le film sur Paul Smith crée un fort contraste. N’ayant aucune formation en couture, se [...]

  2. Merci pour cette critique Marie-Ève, je ne l’ai pas encore vu mais je vois ce que tu veux dire, ça n’a pas l’air d’être un documentaire suffisamment étoffé d’après ce que je comprends. J’espère que je ne serai pas trop déçue quand même !

    • Salut Aurélie,
      C’est certain que Monsieur De Givenchy est attachant et les images d’archives de ses collections sont intéressantes. :) D’après moi, ça aurait pu être un film beaucoup plus court cependant.

  3. [...] Hubert de Givenchy a lui aussi créé de nombreux costumes pour le cinéma, dans son cas entre 1954 et 1987. Il travaillait en étroite collaboration avec Audrey Hepburn, notamment pour les films Sabrina (qui a remporté l’oscar des meilleurs costumes), Charade, Funny Face et Breakfast at Tiffany’s. Ne manquez pas cette touchante entrevue du Wall Street Journal avec Hubert de Givenchy à propos d’Audrey Hepburn. [...]

Laisser un commentaire

Looking for something?

Follow us on: