Halloween: déguisements, couleurs et traditions

Publié par le 29 octobre 2014

Savez-vous pour quelle raison on se costume à l’Halloween ou pourquoi les couleurs consacrées en sont l’orange et le noir? Coup d’œil sur l’histoire de l’Halloween et les coutumes liées à cette fête.

Les célébrations de Samain

L’Halloween tire ses origines les plus anciennes des célébrations celtiques de Samain. Pour les Celtes de l’Antiquité, l’année débutait le 1er novembre. Des célébrations s’étirant sur plusieurs jours et plusieurs nuits permettaient de souligner ce passage de l’été à l’hiver, d’une saison lumineuse à un autre, sombre. On marquait aussi la fin des récoltes grâce à un grand festin. Toute la communauté assistait aux festivités et les druides y présidaient. Selon la croyance celtique, la frontière entre le monde des vivants et des morts s’effaçait lors de Samain, alors que les âmes des défunts rendaient visite à ceux qu’ils avaient connus. Des grands feux étaient allumés pour éloigner les mauvais esprits et les participants portaient des masques et des déguisements pour ne pas être reconnus de ceux-ci.

La récupération chrétienne

Comme ce fut le cas pour plusieurs rites païens, Samain fut récupéré par l’Église chrétienne. En 731, le pape Grégoire III repousse la date de la Toussaint, initialement célébrée en mai, au 1er novembre. Il fait ériger à Saint-Pierre-de-Rome une chapelle destinée à tous les saints (d’où le nom de la célébration) et décide qu’on y célébrera une messe à chaque année. La fête s’avère populaire en raison de son association avec la commémoration des défunts, le 2 novembre.

Ce changement de date a très certainement été motivé par l’intention de supplanter les rites de Samain. L’Église toléra cependant des manifestations profanes la veille de la Toussaint (le 31 octobre), en autant qu’elles n’empiétaient pas sur la journée pieuse. Le nom de la fête que nous célébrons aujourd’hui a un lien direct avec cette tradition chrétienne, étant une contraction de All Hallows’ Eve (ce qui signifie : la veille de tous les saints).

La diffusion de l’Halloween

La fête d’Halloween moderne a vu le jour en Irlande, conformément à l’histoire celte et à la culture catholique du pays. Elle s’est ensuite implantée en Écosse, où on ne soulignait pas le retour des défunts eux-mêmes. C’étaient plutôt des jeunes qui personnifiaient l’esprit des morts en se déguisant. Les enfants ont petit à petit pris la relève et se promenaient avec, à la main, une lanterne confectionnée dans un navet ou une betterave, le feu symbolisant l’esprit des morts. C’est bien sûr l’ancêtre des citrouilles que nous décorons aujourd’hui et dans lesquelles nous plaçons une bougie. Avec la famine qui a frappé l’Irlande au XIXe siècle et l’immigration des Irlandais et des Écossais, la coutume s’est étendue au monde anglophone, surtout au Canada et aux États-Unis.

Des symboles qui persistent

Si on l’ignore parfois, la fête que nous célébrons de nos jours est truffée de références aux rites de Samain. Les bonbons que nous distribuons aux enfants symbolisent les offrandes faites par les druides pour apaiser les esprits. La pratique de se déguiser et de se masquer a perduré, ainsi que l’idée d’un festin (de friandises). La couleur orange s’apparente aux récoltes de la saison et le noir aux nuits qui allongent. Les liens avec l’au-delà sont évidents, pensons aux zombies, aux fantômes, aux vampires et autres morts-vivants qui peuplent les films de la saison et les rues le soir de l’Halloween. Même si elle prend aussi une allure comique et légère, cette journée nous aide, tout comme pour les Celtes, à appréhender un des phénomènes les plus mystérieux pour l’espèce humaine : la mort.

Sources :
Halloween : histoire et traditions, Jean Markale, MAGO
Petit lexique des fêtes religieuses et laïques, Didier Philippe, Albin Michel
Encyclopédie Universalis

Laisser un commentaire

Looking for something?

Follow us on: